8 pistes pour t'aider à te sentir bien dans ta peau.

Pourquoi cet article?

Pour les parents qui me demandent comment aider leurs jeunes à faire face aux pressions en lien avec l'image corporelle. L'adolescence est une période de changements physiques et affectifs importants. C'est aussi une période de grande vulnérabilité face aux messages de l'entourage. Pourquoi ne pas aussi utiliser ce moment pour orienter nos jeunes dans leurs choix, leurs valeurs, leur direction, leur capacité à s'affirmer et à construire une identité ou le respect de soi a toute sa place?

8 pistes pour t'aider à te sentir bien dans ta peau.

Te regardes-tu davantage dans le miroir depuis quelque temps ? Te compares-tu à tes amies ou as-tu envie de perdre du poids ou d’avoir un ventre plat ?

Admires-tu les mannequins et les actrices de cinéma en rêvant de leur ressembler ? Essaies-tu sans cesse des diètes ou fais-tu plus de sport pour changer ton corps ?

Es-tu complexée par ta façon de t’habiller ou par la texture de tes cheveux ?

Se sentir moche ou pas assez belle peut être une grande source de stress pour toi. À l’adolescence, les amis sont importants et tu veux être appréciée, valorisée, afin de sentir que tu fais partie du groupe. Tu es parfois prête à tout faire pour bien paraître au risque d’aller à l’encontre de tes valeurs.

Voici quelques pistes qui pourront t’aider à te sentir mieux dans ta peau tout en conservant tes vrais amis :

  1. Choisis de ne plus croire aux mensonges des médias! Les photos de magazines sont retouchées. Les vraies personnes n’ont, en réalité, ni ce corps ni ces cheveux. Alors vouloir leur ressembler est un objectif irréaliste et inatteignable.
  2. Pose-toi des questions sur ta définition de la beauté. Les médias veulent nous vendre l’idée que nous devons ressembler à un certain idéal de beauté et que sinon, nous ne sommes pas beaux ou belles. Réfléchis à ta définition de la beauté. Choisis des modèles de beauté qui ressemblent à ta composition naturelle (pourquoi vouloir ressembler à une européenne quand on est né sous le soleil des Caraïbes ?). Choisis des vêtements qui te conviennent et que tu trouves confortables. Choisis des coiffures qui correspondent à ton style de cheveux.
  3. Célèbre les différences et affirme ton unicité. Il n’existe personne sur la planète qui a la même composition génétique que toi ! Tu représentes une recette unique. Chaque personne est différente et chaque corps est différent. Avec tes amis, fais une liste des talents et forces de chacun. Prenez le temps d’apprécier tout ce que cette diversité apporte au groupe. Prête aussi attention à la diversité qui existe naturellement chez les autres espèces (les fleurs, les pierres, les autres animaux…).
  4. Choisis tes valeurs: La vérité est que te sentir bien dans ta peau est un choix ! Dans notre société, c’est un acte de courage de choisir des valeurs comme l’authenticité, l’affirmation de soi, l’intégrité ou le respect de soi. Tu peux choisir qu’être toi-même est plus important que de vouloir ressembler à quelqu’un d’autre.
  5. Ton corps n’est pas un objet de décoration ! Prends l’habitude d’apprécier tout ce que ton corps te permet de faire. Aujourd’hui, commence une liste de ce que chacune des parties de ton corps te permet de faire au quotidien. Moi, j’adore mes jambes parce que grâce à elles je peux marcher, courir et danser.
  6. Pratique l’auto-bienveillance. Ton corps c’est toi. Tu peux le traiter avec amour en prenant soin de te nourrir à ta faim, de te reposer, d’avoir une sexualité responsable, de t’assurer que les autres respectent ton corps, de faire des activités que tu aimes et qui correspondent à tes valeurs…
  7. Si tu te sens mal dans ta peau au point d’avoir des idées noires ou d’y penser tout le temps, parles-en à tes parents ou à un adulte en qui tu as confiance. Demander de l’aide est aussi un acte de respect de toi et d’authenticité.
  8. Continue à te renseigner sur ce que tu peux faire pour nourrir une image corporelle* saine et diversifiée.

*L’image corporelle c’est la perception qu’a une personne de son propre corps.

Article écrit initialement pour le magazine Village Santé

 

Larissa Jean-Baptiste